Les templiers - La templière - Chimay Trail - Marathon des Causses

Festival Trail des Templiers - 24 au 26 octobre 2014 - Millau - France

Une grosse délégation du Chimay Trail Aventure s'est déplacée sur le site des Templiers à Millau

Voici leur résultat:

08 KM Templière 1 Brigitte CANTE 0:38:35 Classés: 397 - 260m D+ - Abandons: 2
272 Alice Cortot 1:07:48
302 Anais Dussart 1:09:37
303 Noura Mihoud 1:09:40
38 KM - Marathnon des Causses 1 François HOLZERNY 3:06:38 Classés: 711 - 1560m D+ - Abandons: 150
80 Berenger Poucet 4:26:42
428 Simon Puissant 5:37:26
74 KM Les templiers 1 Benoit Cori 6:36:49 Classés: 2979 - 3650m D+ - Abandons: 461
416 Yannick Blondeaux 11:00:27
1102 Michael Poussart 13:01:11
1493 Thibault Benoit 13:59:06

Ci-dessous le compte-rendu de Simon:

Petite bafouille pour rendre compte de notre petite parenthèse « comme on les aime » comme dirait l’ami Tibi…

Depuis le temps qu’on en parlait… depuis le temps qu’on en rêvait (ou cauchemardait, c’est selon)… nous avons goûté en ce doux week-end d’octobre à un fantastique moment de plénitude trail-istique… L’ambiance, le décor, la météo, l’esprit et les valeurs, tout était réuni pour une bonne tranche de vie !

Pour Bérenger (l’homme dont on connait plus le chien que lui-même), Nora, Pauline et Simon, l’escapade commence par 1h20 de vol entre Charleroi et Rodez et avec Ryanair c’est super ! Durant le voyage, les derniers ajustements tactiques s’effectuent : choix du slip, force de serrage des lacets, etc… Nora et Pauline affutent déjà leur voix pour supporter les coureurs un à un…

Pour Alice, Thibault, Manon, Clément, Anais, Mika, Léonie et Yannick, le pèlerinage commence par une descente en voiture vers Millau (département de l’Aveyron).

Vendredi, retrait des dossards

On prend possession des lieux. Tout est vraiment bien organisé. Pendant le week-end se déroule le salon du trail. Déambuler dans les allées donne des milliers d’idées pour les prochains trips… Je vous mets un lien… http://www.theirishtrail.com/

Samedi, marathon des causses (38km – 1600D+)

13h15 : Bep et Sim sont les premiers à se lancer dans l’aventure. Nous sommes 950 trailers à prendre le départ. Le speeker nous fait chanter et danser sur la ligne de départ. Il y a beaucoup de monde autour pour encourager. Nous avons l’impression de vivre quelque chose de particulier… nos poils se dressent et nous frissonnons… Et go c’est parti…

Nous partons ensemble. Nous savons que le peloton est important et que nous ne devons pas être trop à l’arrière pour ne pas être gêné dans la première difficulté. Nous faisons les 2.5 km sur la route à une allure assez soutenue pour être bien placé. Bep s’envolera avant d’entamer la montée. Je le reverrai 5h30 plus tard…

J’entame la montée sur le causse par le « Mas de Trauque » et Carbassas. Ca monte crescendo pendant 50 min. On se prend d’emblée 500m de D+ mais on est vite récompensé par une magnifique vue sur la vallée du Tarn et le village de Paulhe. Nous avançons sur un single track qui crapahute dans les buis et les chênes aux somptueuses couleurs d’automne.

Descente dans le ravin de Font-Fèvre où je trouve un peu de fraîcheur. Il faut assez chaud et je transpire un max…

Pas le temps de souffler, on remonte vers le Dévèzou d’où on atteint un large plateau. Nous sommes sur une longue corniche avec une vue qui est toujours à couper le souffle. On enchaine avec des montées et descentes supers agréables sur de magnifiques sentiers.

Jusqu’au 20ième, tout se passe super bien pour moi. Ca se corse un peu par la suite. Quelques crampes commencent à pointer le bout de leur nez… Un premier ravito est prévu aux Privats et il fera le plus grand bien ! Je prends 10 bonnes minutes pour m’étirer et bien m’hydrater. Je sais que la dernière partie de la course est plus compliquée…

Après le ravito, on entame une vertigineuse descente vers le ravin du Monna. Le chemin est très technique. Le vide est à notre droite. Il faut parfois s’aider d’une corde. La descente dure 20 bonnes minutes

Aussitôt en bas, on attaque la montée vers le refuge du Cade. C’est la dernière des 4 grosses difficultés du parcours. Le chemin monte vers une splendide barre rocheuse aux couleurs orangées du soleil couchant… Les lacets s’enchainent de manière interminable. Nous sommes un groupe de 6 gars. On discute un peu. Au bord du chemin, on trouve tous les 20 mètres des trailers à bout de force. On s’arrête à chaque fois pour un petit mot d’encouragement et vérifier qu’ils ont ce qu’il faut… Au ¾ de la montée, une dame est allongée sous une couverture de survie. Les pompiers viennent d’arriver… Elle sera héliportée car le chemin n’est pas accessible. Dans ma tête, je me dis que malgré les crampes, je ne vais pas si mal… j’en profite.

J’arrive au Cade à 17h50 (dernier ravito). La barrière horaire est à 18h30. Je bouffe quelques tucs et je refais une séance d’étirements. Le gros est fait.

On avance tant bien que mal vers la Puncho d’agast. Contrairement à la course des Templiers, nous ne montons pas jusqu’au sommet par la grotte du Hibou. On passe sur une large vire qui sert également de site de lancement pour les parapentes. J’assiste au coucher de soleil sur le viaduc…

Dernière difficulté de la journée, la descente vers Millau… 30 minutes où la plante des pieds… aïe aïe…j’ai mal… où les quadris…aïe aïe… Je tape la causette avec un gars de Charleville Mézières habitué de la Noctambule… si si je vous jure…. Il m’expliquait qu’il était toujours plus compliqué de repartir que de venir…

Je termine à 18h52 sous les encouragements de Pauline, Nora et Bep… Content de l’expérience !

Samedi, 15h30 : la templière

Dimanche, 5h30 : le grand trail des Templiers

Yannick arrive le premier… Il a l’air en forme !

Nous sommes rassurés. Tib et Mika nous semble encore +/- « frais ». De notre côté, on s’octroie un carton de « 1664 » avec du saussiflar et du fromton… et comme on est sympa, on a attendu qu’ils soient repartis…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site