Billets de yvesmarion

Corentin souffle le chaud et le froid

Corentin a enchaîné deux trails régionaux: la Noctambule et l'Aymon Trail. Ses jambes racontent son périple.

L’Aymon Trail : une grosse claque dans la gu.... !

Voilà une dizaine de jours que j’ai participé à l’Aymon Trail, un trail au départ de Bogny-sur-Meuse, petite localité des Ardennes françaises, située à quelques encablures de Monthermée et de la confluence de la Semois et de la Meuse. Les jambes semblent avoir récupéré maintenant et l’acide lactique ou les micro-traumatismes cellulaires ne devraient plus affecter mes capacités mentales. Il est donc temps d’en faire un petit compte-rendu.

Pour vous faire appréhender au mieux l’expérience vécue sur ce trail, je me dois d’abord de revenir sur la Noctambule chimacienne, courue une semaine plus tôt.

Chimay – 20 février 2016 – Temps pourri de chez pourri

Mon dernier trail remontant, si je ne me trompe, à celui des Crêtes de l’Eau Noire organisé par notre ami Yves au mois de juillet et le fait de courir, pour la première fois, en nocturne m’incitent à la prudence. Je décide donc de participer à la Noctambule en entraînement... mais sans se promener quand-même. Objectif : courir à 90%. Ce sera certainement profitable en vue de l’Aymon Trail de la semaine suivante, me dis-je à ce moment.

19h passé de de 3-4 minutes, on se retrouve tous sur le Ravel. Julien nous libère, c’est parti !

Je démarre avec Béber relativement prudemment entre la 30ème et la 40ème place... mais on n’y restera pas longtemps. À peine après avoir quitté le Ravel, on commence à grappiller une place ou l’autre. Arrivés dans le parc, on se laisse porter par la descente : encore 2-3 places de gagnées.

Après un premier salut à la fanfare à Virelles, on commence à monter et on aborde les premiers passages boueux, inutile de vous préciser que ce ne seront pas les derniers. Visiblement, on a de bonnes chaussures car on revient sur quelques gars en perdition sur ce sol glissant. On choisit de passer devant et de ne pas profiter de leurs figures acrobatiques (même si ça aurait sans doute été un peu plus drôle que de regarder le patinage artistique le premier janvier, avachi dans le canapé).

Béber est en forme et ça se voit ! À une ou deux reprises, je dois le laisser prendre quelques mètres pour ne pas m’asphyxier sur les bosses courtes mais raides.

Arrivés à la queue du lac, on est dans le top 15 voire, peut-être, un peu mieux. La côte fait mal, chacun la passe à son rythme, mais dans la descente vers Lompret, regroupement général. On est 5 ou 6 avec, notamment, Renaud Leblanc. Au passage devant le resto le plus célèbre de la Botte du Hainaut (dont la patronne est dans la course), on nous annonce que nous sommes en 7ème position.

Retour sur les petits chemins et donc dans la boue, je m’amuse !

Je ferai la deuxième moitié de la course en maintenant mon rythme et en m’appliquant pour garder mon équilibre dans les passages les plus délicats.

On revient sur du plus roulant. Deuxième passage devant la fanfare : je m’amuse toujours !

Dernière bosse dans le parc suivie de la plongée sur le Collège. Et c’est fini ! Et bien, moi qui n’étais pas certain d’apprécier les trails nocturnes, j’ai passé vraiment un chouette moment sous la pluie. Bon, j’avoue : j’ai sans doute couru à 92, 93 % plutôt que 90 mais c’était tellement bon !

Je ne vous détaillerai pas l’après-course mais vous vous doutez qu’avec les gaillards de l’organisation, il ne fut pas triste. Je m’étais promis de rentrer chez moi vers 23h, j’ai commencé à dire au revoir à 1h et j’ai quitté la salle un peu après 2h. Bref, j’ai fait la Noctambule.

Bogny –sur-Meuse - 27 février – Froid et grand soleil

Parcours magnifique – D+ de 1600m – 31 km

Après une première moitié de course que je ne pensais pas trop rapide mais que je me suis bien planté, j’ai fait les 12 derniers kms à la ramasse.

Mort de chez mort !

Je n’ai pas couru à 90, 92 ou 93% mais j’ai marché à 150%.

Le plus dur et le plus beau trail que j’aie fait jusqu’à présent.

Bon, je me rends bien compte que mon compte-rendu de l’Aymon Trail peut être un peu décevant. Mais j’ai passé un peu plus de temps que prévu sur celui de la Noctambule. Et comme ça, je laisse à Stéphane le soin de donner sa vision de cette course terrible ;-).

Et puis, la meilleure manière d’en cerner tous les contours, c’est de m’y accompagner l’année prochaine. Vous ne serez pas déçus !

Trail des Glaciers de la Vanoise (TGV)

Trail des Glaciers de la Vanoise : plus beau trail de France...

00.30 hrs, mon réveil sonne. On s’impose parfois de drôle de chose. J’ouvre la toile de ma tente. Dehors, j’ai un morceau de gâteau sport que j’avale en partie. Je me recouche. 
02.15 hrs, mon réveil sonne. Cette fois c’est mon sac de couchage que j’ouvre et c’est moins facile. Mes affaires sont prêtes. Je m’habille et file au restaurant de l’hôtel où la patronne s’active à nous servir un bon petit déjeuné, copieux. Et j’en profite bien-sûr, sucré, salé, tout est bon. 
03.15 hrs. Ligne de départ. Les lampes frontales s’entrecroisent. Un dernier thé avant le feu de bengale, signe du départ. 
 
Je connais les premiers kilomètres pour les avoir faits en ski dernièrement. Traversée du village de Pralognan et montée à travers les pistes direction le refuge des Barmettes. On entre ensuite dans le parc de la Vanoise en direction du refuge du Parc de la Vanoise. Là, j’aurai déjà avalé 1000m de dénivelé sur les 4400D+ que compte le trail. Nous serons au premier ravitaillement à 8km. La barrière horaire est fixée à 6heures. Je suis là à 04.50heures. C’est tout bon pour la suite. 
Je peux enfin commencer à courir et ça fait du bien. En plus, là haut, la vue est splendide. Les rayons du lever du jour se reflètent sur les lacs d’altitude situés au pied de la Grande Casse. Un autre reflet, celui de la lampe frontale de mes amis Simon et son frangin qui se sont levés plus tôt que moi pour escalader le plus au sommet du parc de la Vanoise (3800m). Excellent..
Pour ma part, la course est lancée. Je contourne la calotte glacière en direction du refuge de l’Arpont au 21ème Km. Tout se passe bien. La course est roulante et emprunte les balcons du GR5. Je suis maintenant isolé. Devant moi, les mêmes couleurs de short se succèdent au loin. Derrière moi, le soleil se lève. Je sais qu’il va faire chaud. 
Refuge du Plan Sec au 37ème Km. Je suis à la moitié et tout se déroule parfaitement. Je remplis mon camelback pour la première fois. Je bois beaucoup. 
Direction le refuge de l’Orgère au 50ème Km. J’ai en mémoire qu’on redescend beaucoup avant la dernière ascension de 1000m à nouveau. Je sais que c’est la plus grosse difficulté de la course. Peu avant le ravitaillement, après une descente de 2km, j’ai un gros coup de barre. Je ne sais plus courir. J’aperçois le refuge mais j’ai l’impression d’être écrasé et d’avoir du plomb dans les jambes. Il est 11heures du matin. La barrière horaire est à 15 heures. Je suis à l'aise. Et heureusement!! Je prends mon temps au ravitaillement. La première fille passe devant suivie de la deuxième. Mais moi, je ne suis pas capable de suivre…c’est vous dire;)
Enfin, je prends mon temps, je bois même de la soupe malgré la chaleur écrasante. Et puis je repars. "Step by step »!! C’est ce que je me répète sans cesse et finalement, la machine se remet en route. Direction le col de Chavière, point culminant du TGV.  De 1950 à 2796 m en plein cagnard. Je rencontre un camarade et c’est ensemble qu’on arrive au dessus. De là, direction Pralognan. 12Km de descente sur un sentier correct. Au 60ème, on passe par le refuge de Péclet Polset. Plus de barrière horaire et de toute manière, je suis dans les temps. Ca sent bon la fin. 
Néanmoins, la descente m’aura semblé interminable. 
 
15.00hrs. Je distingue l’arrivée. C’est fait! 
Je reste sous les jets d’eau prévus derrière la ligne de départ/arrivée. Pas de problème physique particulier. Je ne me suis pas trompé. Je savoure…Vivement la prochaine
 
05 Juillet 2015 Classement Pralognan Trail des glaciers de la vanoise
73 KM 1 LOCATELLI Baptiste 8:12:30 Classés: 336
  44 POUCET Bérenger 11:31:18  

Trail du Verdon - 13 juin 2015

Grégory a participé au trail du Verdon (en France) ce 13 juin 2015

Voici son compte-rendu:

Trail du verdon: 30km  - 1400M D+. En raison de nombreux orages la veille et d'alerte orange sur la région, le trail est passé de 30 KM à +- 26km et 1000 m D+ . Départ calme en fin de peloton sous un soleil de plomb. Les cinq premiers km se font en légère descente pour rejoindre le lac de Moustier Sainte Marie. Quelques petites bosses  ensuite avant de se lancer sur la grosse difficulté: 6 km d’ascension avec une vue imprenable sur le lac. J’enchaîne directement sur une longue descente très abrupte, je gagne quelques places, la montée a fait beaucoup de dégâts, s’en suit directement un faux plat montant interminable jusqu’au ravito. Je pointe a la 104 èmes places, je sais que le plus dur est fait. Il reste +- 7 km qui seront très technique avec de nombreux changements de rythmes et une descente très dangereuse. J’en profite pour gagner quelques places et termine 94 èmes en me disant "merde c’est déjà fini  ;-)’". Un trail magnifique que je vous conseille. Je suis juste un peu déçu de ne pas avoir fait le 60 km vu la beauté des paysages et surtout de très bonne sensation. Cela sera donc pour l’année prochaine ...

Trail des Vallées du Chevalier - 30 Mai 2015

Grégory et Jérémie reviennent du Trail des Vallées du Chevalier. Voici le compte-rendu de Greg

Quelques jours après le trail de Namur, direction Marche-Les-Dames pour le trail des Vallées du Chevalier, 32km et un peu plus de 900 m D+.

À première vue, un trail comme les autres, … Sauf que là il y a les passages dans les vallées, montées à l’aide cordes, des rochers et des descente techniques, un ravito avec des fraises et à 2 km de l’arrivée (montée final ) traversée d’une abbaye avec stand peket. Mon trail préféré cette année, le tout accompagné de Jérémie jusqu’au 28ème km, où les crampes le freinera un peu. Dernier trail pour moi avant le trail du Verdon où suite à ma blessure, je passerrai du 60 au 30 km.

 

Voici les résultats:

32 KM 1 LALLEMAND Geoffrey 2:40:30 Classés: 146
  53 Chaussier Grégory 3:42:49  
  61 BENOIT Jérémie 3:47:58  

Trail de Namur Capital - 25 Mai 2015

En ce beau lundi de Pentecôte, certains ont tenté les côteaux de la Citadelle de Namur.

Récit de course de Grégory: "Après 1 gros mois d’arrêt, je me lance sur le 30km, surpris par un beau  parcours ( 85 % de chemins forestier et campagnards ) qui nous font visiter les bois de la citadelle , Malonne et Floreffe. Beaucoup de changements de rythmes: ça monte, ça descend, rarement du plat. Bref, un très beau trail, l'organisation y avait ajouté un grand prix de la montagne un peu avant l'arrivée sur 400m et 70 m D+."

Yves se classe 5° au grand prix de la montagne, Grégory coince et termine à la 242° place. Pour les connaisseurs, il s'agit de la côte du "Tienne des Biches" qui prend son départ au pied du Casino pour se terminer au Château.

Les résultats:

Sur le 15 KM 1 Goubeau Johan 0:59:16 Classés: 709
  50 Chrétien Sophie (1° dame) 1:16:51  
  669 Benoit Jérémie 2:06:03  
  670 Renneson Malorie 2:06:03  
Sur le 30 KM 1 Cooman Michael 2:09:13 Classés: 297
  82 Renard Yves 2:52:23  
  149 Chaussier Grégory 3:11:01  

La Bouillonnante - 25/04/2015

Plusieurs membres ont parcouru les magnifiques paysages des bois et forêts entourant Bouillon le samedi 25 Avril 2015

Voici leur résultat:

Sur le 13 KM 1 Piron Mathieu 1:29:31 Classés: 427/439
11 Kempes Maaike (1° dame) 1:39:05
367 Challe Céline 2:29:35
Sur le 24 KM 1 Debaste Frédéric 2:10:24 Classés: 738/748
166 Benoit Thibault 3:17:20
167 Leleux Julien 3:17:23
174 Benoit Jérémie 3:18:59
391 Taminiaux François-Xavier 3:54:55
Sur le 35 KM 1 Diepart Xavie 3:04:46 Classés: 571/595
170 Puissant Simon 4:52:59
Sur le 56 KM 1 Mantel Franck 5:17:43 Classés: 320/328
25 Poucet Bérenger 6:36:39
60 Poussart Michael 7:20:38

Trail et Vie de Chimay - 08 mars 2015

Le printemps a fait son apparition ce week-end, au grand bonheur des organisateurs ... Énormément de trailers au Trail et Vie de Chimay. Parmi eux une toute belle délégation du CTA.

Le meilleur moment de la course était le rafraîchissement à la Chimay blanche à l'arrivée. Quelle boisson de récupération ... disparition immédiate des contractures.

Pour celles et ceux qui veulent revoir la course en partie, voici une super vidéo avec Fabian et Anne en ouverture. Si vous avez l'oeil, vous remarquerez également José et Julien en train de discuter le coup avant le départ: http://www.telesambre.be/run-pour-tous-run-pour-tous-le-trail-et-vie-de-chimay_d_13058.html

Quelques photos:

JulienSimonEric et YannickJosé et BérengerBérenger

NoraBérengerThibaultJérémieMichael

YvesYves et Yves

Voici les résultats.

25 KM 1 LAHBIB Medhi 1:35:50 Classés: 448
16 DELERS Maximilien 2:01:43
20 RIOS José 2:03:02
33 MALEVÉ Bérengère 2:04:54 1° Dame
35 BENOIT Thibault 2:07:04
60 LELEUX Julien 2:13:57
61 PUISSANT Simon 2:13:57
67 GERARDIN Béatrice 2:15:06
363 BAUD'HUIN Anne 3:04:02
364 MIHOUB Nora 3:04:02
35 KM 1 TOMASEK Roman 2:39:56 Classés: 192
7 BLONDEAUX Yannick 2:54:10
23 RENARD Yves 3:13:47
29 POUCET Bérenger 3:15:41
48 MARION Yves 3:25:24
70 POUSSART Michael 3:37:26
115 COPET Fabian 3:58:39

La Noctambule Chimacienne

Par un super temps d'hiver, quelques membres ont bravé la pluie et la boue pendant que d'autres (membres du CAVALO et du CRAZY BIKERS) bravaient également les éléments hivernaux pour assurer une organisation sans faille et de qualité appréciée de tous.

Que dire du cadeau offert lors de la remise du dossard: 1 bouteille de Chimay Blanche 75cl et un fromage de Chimay au goût d'automne.

Voici les résultats:

23 KM Place Arrivants Temps
1 PASQUE Fabrice 1:37:38 Classés: 330
15 BLONDEAUX Yannick 1:51:55
59 TAMINIAUX François-xavier 2:08:22
66 RENARD Yves 2:11:55
73 CHAUSSIER Grégory 2:14:15
82 MARION Yves 2:17:10
159 COPET Fabian 2:35:56
211 DEHAYE Francois 2:46:38
322 MIHOUB Nora 3:25:44

Trail des 3 vallées à Couvin

Première sortie de l'année 2015 au Trail des 3 Vallées à Couvin pour certains membres du Chimay Trail Aventure.

Comme à son habitude, le trail de Couvin s'est une nouvelle fois déroulé dans des conditions hivernales: sol gelé, neige au sol, froid, vent, glace, glissades, chutes, ... bref un vrai trail hivernal en Belgique. Tout le monde a pu apprécier la beauté des paysages et le professionnalisme de l'organisation.

PS: Certains ont profité plus que d'autres de ce supberbe parcours ...

Voici les résultats:

33 KM 1 PASQUE Fabrice 2:25:35 Classés: 120
15 BLONDEAUX Yannick 2:54:30
21 POUCET Béranger 2:57:45
23 Renard Yves 2:59:08
60 POUSSART Michael 3:19:19
72 Chaussier Grégory 3:29:14
93 Marion Yves 3:46:05
22 KM 1 LAHBIB Medhi 1:30:01 Classés: 296
67 Puissant Simon 2:06:49
72 LELEUX Julien 2:07:20
220 Mihoud Nora 2:41:58

Maredsous Night Trail

Nora et Grégory enchaînent les sorties. Je pense que Yves R. était également de la partie en reprenant le dossard d'Eric H.

Retour des sensations de Grégory:
"Beaucoup de boue,mais un parcours magnifique, à refaire.
Très bien jusqu'au 21 ème km ensuite plus de mollets,je fais les 10 derniers km en marchant ou en trottinant. Je perds plus de 20 places au général, départ je pense beaucoup trop rapide."
 
Voici les résultats:
30 KM 1 Magnee Fabian 2:20:08 Classés: 109
31 Renard Yves ? 3:06:45
49 Chaussier Grégory 3:22:02
15 KM 1 Colonval Nicolas 1:05:13 Classés: 390
236 Mihoud Nora 1:49:28

Trail des Castors à Aiseau

Ce vendredi 12 décembre, plusieurs d'entre nous ont bravé le vent, la pluie et la GADOUE pour aller tenter la première édition du trail des castors. Tout s'est bien passé pour Nora, Grégory et moi-même (malgré un petit de hors-piste de 10 min vu le faible balisage par endroit). Signé: Jérémie

12-Dec-2014 Aiseau Place Trail des Castors

20 KM 1 Pasque Fabrice 1:30:17 Classés: 128

47 Chaussier Grégory 2:13:07

76 BENOIT Jérémie 2:19:57

10 KM 1 Buelens Mathieu 0:48:01 Classés: 277

94 Mihoud Nora 1:18:37

Trail des 2 Provinces et Trail des Lumeçons

Plusieurs membres du club étaient présents à Namur le vendredi 07/11 au soir pour le trail des Lumeçons et à Aiseau pour le Trail des 2 Provinces le samedi 08/11.

Bravo à eux

Trail des 2 Provinces  sur le 18 km : 

  • Grégory - 23 sur 236 en 1h37


Trail des Lumeçons sur le 15 km avec 550m D+ : 

  • Nora - 302 sur 397 en 2h09

 
Trail des Lumeçons  sur le 23km avec 900m D+ : 

  • Jérémie - 108 sur 164 en 2h50

Festival Trail des Templiers - 24 au 26 octobre 2014 - Millau - France

Une grosse délégation du Chimay Trail Aventure s'est déplacée sur le site des Templiers à Millau

Voici leur résultat:

08 KM Templière 1 Brigitte CANTE 0:38:35 Classés: 397 - 260m D+ - Abandons: 2
272 Alice Cortot 1:07:48
302 Anais Dussart 1:09:37
303 Noura Mihoud 1:09:40
38 KM - Marathnon des Causses 1 François HOLZERNY 3:06:38 Classés: 711 - 1560m D+ - Abandons: 150
80 Berenger Poucet 4:26:42
428 Simon Puissant 5:37:26
74 KM Les templiers 1 Benoit Cori 6:36:49 Classés: 2979 - 3650m D+ - Abandons: 461
416 Yannick Blondeaux 11:00:27
1102 Michael Poussart 13:01:11
1493 Thibault Benoit 13:59:06

Ci-dessous le compte-rendu de Simon:

Petite bafouille pour rendre compte de notre petite parenthèse « comme on les aime » comme dirait l’ami Tibi…

Depuis le temps qu’on en parlait… depuis le temps qu’on en rêvait (ou cauchemardait, c’est selon)… nous avons goûté en ce doux week-end d’octobre à un fantastique moment de plénitude trail-istique… L’ambiance, le décor, la météo, l’esprit et les valeurs, tout était réuni pour une bonne tranche de vie !

Pour Bérenger (l’homme dont on connait plus le chien que lui-même), Nora, Pauline et Simon, l’escapade commence par 1h20 de vol entre Charleroi et Rodez et avec Ryanair c’est super ! Durant le voyage, les derniers ajustements tactiques s’effectuent : choix du slip, force de serrage des lacets, etc… Nora et Pauline affutent déjà leur voix pour supporter les coureurs un à un…

Pour Alice, Thibault, Manon, Clément, Anais, Mika, Léonie et Yannick, le pèlerinage commence par une descente en voiture vers Millau (département de l’Aveyron).

Vendredi, retrait des dossards

On prend possession des lieux. Tout est vraiment bien organisé. Pendant le week-end se déroule le salon du trail. Déambuler dans les allées donne des milliers d’idées pour les prochains trips… Je vous mets un lien… http://www.theirishtrail.com/

Samedi, marathon des causses (38km – 1600D+)

13h15 : Bep et Sim sont les premiers à se lancer dans l’aventure. Nous sommes 950 trailers à prendre le départ. Le speeker nous fait chanter et danser sur la ligne de départ. Il y a beaucoup de monde autour pour encourager. Nous avons l’impression de vivre quelque chose de particulier… nos poils se dressent et nous frissonnons… Et go c’est parti…

Nous partons ensemble. Nous savons que le peloton est important et que nous ne devons pas être trop à l’arrière pour ne pas être gêné dans la première difficulté. Nous faisons les 2.5 km sur la route à une allure assez soutenue pour être bien placé. Bep s’envolera avant d’entamer la montée. Je le reverrai 5h30 plus tard…

J’entame la montée sur le causse par le « Mas de Trauque » et Carbassas. Ca monte crescendo pendant 50 min. On se prend d’emblée 500m de D+ mais on est vite récompensé par une magnifique vue sur la vallée du Tarn et le village de Paulhe. Nous avançons sur un single track qui crapahute dans les buis et les chênes aux somptueuses couleurs d’automne.

Descente dans le ravin de Font-Fèvre où je trouve un peu de fraîcheur. Il faut assez chaud et je transpire un max…

Pas le temps de souffler, on remonte vers le Dévèzou d’où on atteint un large plateau. Nous sommes sur une longue corniche avec une vue qui est toujours à couper le souffle. On enchaine avec des montées et descentes supers agréables sur de magnifiques sentiers.

Jusqu’au 20ième, tout se passe super bien pour moi. Ca se corse un peu par la suite. Quelques crampes commencent à pointer le bout de leur nez… Un premier ravito est prévu aux Privats et il fera le plus grand bien ! Je prends 10 bonnes minutes pour m’étirer et bien m’hydrater. Je sais que la dernière partie de la course est plus compliquée…

Après le ravito, on entame une vertigineuse descente vers le ravin du Monna. Le chemin est très technique. Le vide est à notre droite. Il faut parfois s’aider d’une corde. La descente dure 20 bonnes minutes

Aussitôt en bas, on attaque la montée vers le refuge du Cade. C’est la dernière des 4 grosses difficultés du parcours. Le chemin monte vers une splendide barre rocheuse aux couleurs orangées du soleil couchant… Les lacets s’enchainent de manière interminable. Nous sommes un groupe de 6 gars. On discute un peu. Au bord du chemin, on trouve tous les 20 mètres des trailers à bout de force. On s’arrête à chaque fois pour un petit mot d’encouragement et vérifier qu’ils ont ce qu’il faut… Au ¾ de la montée, une dame est allongée sous une couverture de survie. Les pompiers viennent d’arriver… Elle sera héliportée car le chemin n’est pas accessible. Dans ma tête, je me dis que malgré les crampes, je ne vais pas si mal… j’en profite.

J’arrive au Cade à 17h50 (dernier ravito). La barrière horaire est à 18h30. Je bouffe quelques tucs et je refais une séance d’étirements. Le gros est fait.

On avance tant bien que mal vers la Puncho d’agast. Contrairement à la course des Templiers, nous ne montons pas jusqu’au sommet par la grotte du Hibou. On passe sur une large vire qui sert également de site de lancement pour les parapentes. J’assiste au coucher de soleil sur le viaduc…

Dernière difficulté de la journée, la descente vers Millau… 30 minutes où la plante des pieds… aïe aïe…j’ai mal… où les quadris…aïe aïe… Je tape la causette avec un gars de Charleville Mézières habitué de la Noctambule… si si je vous jure…. Il m’expliquait qu’il était toujours plus compliqué de repartir que de venir…

Je termine à 18h52 sous les encouragements de Pauline, Nora et Bep… Content de l’expérience !

Samedi, 15h30 : la templière

Dimanche, 5h30 : le grand trail des Templiers

Yannick arrive le premier… Il a l’air en forme !

Nous sommes rassurés. Tib et Mika nous semble encore +/- « frais ». De notre côté, on s’octroie un carton de « 1664 » avec du saussiflar et du fromton… et comme on est sympa, on a attendu qu’ils soient repartis…

Trail de l'Ormeau - Gembloux - 25/10/2014

Deux athlètes du Chimay Trail ont participé au Trail de l'Ormeau de Gembloux

Voici leur résultat:

50 KM 1 Sleghem Laurent 4:14:51 Classés: 114
29 Maximilien Delers 5:25:27
25 KM 1 Nemeth Christian 1:43:31 Classés: 613
199 Jérémie Benoit 2:27:47

Marathon de Berlin - 28/09/2014

Nora a participé à son premier marathon à Berlin ce 28/09/2014. Elle l'a terminé en 04h24. Toutes nos félicitations.

Voici son compte-rendu

Il y a deux phrases que j'adooooore concernant le sport:

« C'est censé être difficile. Si ce n'était pas difficile, tout le monde le ferait. La difficulté... c'est ce qui le rend très bien ! » ET "Personne ne s'est jamais noyé dans la sueur"

En resumé, j'ai accompli mon premier marathon ce 29 septembre 2014. Cela fut une expérience unique. D'abord  la première surprise, une partie des gens que j'aime étaient là. Ensuite Berlin est une belle ville pour le peu que nous ayons eu l'occassion de visiter. Dimanche matin vers 7H, me voilà en route pour le départ. Ce fut un moment immense vu la cohue, un mélange de ressentis, de peurs, d'excitations, de doutes ... Mais une chose est certaine, la motivation etait hyper présente, car courir pour moi signifie un plaisir, une délivrance, un défi,..., et un entretien pour un corps abîmé. Les premiers kilomètres furent très calme, contemplant tout ce qui se trouvait autour de moi, une ambiance de fou!!!! Un public présent, chaleureux. Cela m'a permis d'avancer tranquille et de prendre un maximum de plaisirs. Mon seul but passer la ligne et le vivre à fond avec un esprit libre et sans souffrance. Bien qu'on le sait, la souffrance est une étape souvent présente dans les course. À quelques mètres de la ligne d'arrivée une immense émotion me traverse tout le corps, agite mon cœur et libère mon esprit d'un défi réussi. Ce fut une belle expérience. Mais une chose est certaine, c'est que même si je n'ai que de bons souvenirs de ce week end, cela a comfirmé ce que j'aime dans la cousre à pied: le trail. Avec ce rapport à là nature, à des difficultés complètements différentes à plein de paramètres. Cela me donne envie de faire des trails à l'avenir. Surtout, j'aime aussi cette phrase qui me fait sourire, c'est plus facile de descendre une colline que de la monter, mais la vue est beaucoup mieux au sommet....

Voilà je voulais vous faire partager ce premier marathon. Merci pour les messages d'encouragements. Ils m'ont été précieux.

Trail du Châlon - Chimay - 28/09/2014

Plusieurs membres du Club étaient présents au trail du Châlon à Chimay ce 28/09/2014.

Ce fut une belle matinée ensoleillée pour une découverte des bois entre Chimay et Rance. Tout était parfait tant au niveau organisationnel qu'au niveau parcours qui a été quelque peu modifié pour éviter la longue ligne droite du RAVEL.

Yves R. a donné le tempo d'un petit groupe avant de prendre son envol à 5 KM de l'arrivée. Son accélération a été fulgurante pour remonter une petite dizaine de trailers. Dommage qu'il accélère (prenne son vrai rythme) seulement dans la dernière ligne droite. Il a le potentiel d'accrocher des podiums ...

Voici les résultats:

15 KM 1 LEBLANC Renaud 0:58:04 Classés: 85
14 CHAUSSIER Grégory 1:11:46
26 RIOS José 1:15:09
81 COLSON Thibaut 1:43:46
25 KM 1 BAIOLET Nicolas 1:44:46 Classés: 50
9 BLONDEAUX Yannick 2:01:03
10 RENARD Yves 2:02:24
11 TAMINIAUX François-Xavier 2:05:08
16 MARION Yves 2:08:31
24 POUSSART Michaël 2:15:39
25 POUCET Béranger 2:15:39
39 BAUD'HUIN Anne 2:42:52

Rentrée académatique

Selfie des 6 téméraires qui ont bravé la pluie lors de la rentrée académique du 22 septembre 2014, sortie suivie d'un petit barbecue sympathique ...

Selfie rentrée académique Erpion

Sylvestrail - Sivry - 20 septembre 2014

Plusieurs membres ont participé au Trail de Sivry - Sylvestrail. Ils ont bénéficié d'un ciel très clément et se sont particulièrement bien distingués. 

Voici les résultats des différentes courses dans l'attente de compte rendu:

23 KM 1 RULOT Paul 1:39:25 Classés: 167
3 TOUZEAU Jean-Pierre 1:40:57
16 TAMINIAUX François-Xavier 1:50:10
50 PUISSANT Simon 2:06:01
94 BENOIT Jérémie 2:19:12
37 KM 1 AUDRAN Frédéric 3:07:35 Classés: 50
2 BLONDEAUX Yannick 3:12:25
6 RENARD Yves 3:25:15
12 POUCET Béranger 3:38:43
13 BENOÎT Thibault 3:47:23
16 POUSSART Michaël 3:53:00

Trail de la Cote d'Opale - Wissant FR - 14 septembre 2014

Max a participé au Trail de la Cote d'Opale. 

Voici son compte rendu:

"Plus de 3000 participants au départ cumulé des différentes distances proposées: 18, 31 et 42km. 
Grace à un départ rapide, je me suis bien placé d'emblée pour ensuite remonter petit à petit les coureurs pour terminer à une 41ème place sur 1377 participants en 2h45'52".J'ai tout donné, malgré le passage dans les dunes situé en fin de parcours qui m'a fait exploser. Ce trail se court à fond d'un bout à l'autre tant il est roulant. ( longues montées et longues descentes, plage et chemin de terre.  On est loin de tracés habituels ardennais, mais le site de la Cote d'Opale offre un décor assez unique qui vaut la peine d'être vu. L'année prochaine, j'y retournerai une 3ème fois peut être pour le 42... "
-
-
Bravo pour sa prestation. MAx progresse régulièrement dans les classements. C'est bon signe pour son prochain objectif. Attention, ne pas oublier de relâcher de temps en temps pour bien récupérer avant d'entamer des entraînements plus conséquents encore.

Retour sur l'UTMB®

La course

  • Pour éviter de me mettre en surrégime en partant trop vite, je décide de partir en queue de peloton. Je m'assieds sur les marches de l'Église du Triangle de l'Amitié, derrière un groupe de Japonais qui font honneur à leur légende (photos de groupe, photos des alentours, film, ...). Vers 17h20, je m'avance un peu pour ne pas être le dernier. Il doit rester une bonne centaine de coureurs derrière. La pluie annoncée se met à tomber. Je passe la veste imperméable au-dessus du tee-shirt. Le briefing de départ a lieu, la pression monte d'un cran. 
  • Dès le départ officiel à 17h30, je comprends que j'ai commis une erreur. Je parcours le premier KM en 15 minutes. Au moins, c'est sûr, la mise en route est progressive. Je remonte tant bien que mal des hordes de coureur dès qu'il y a de la place sur les côtés et ce jusqu'aux "Houches". La montée vers le "Delevret" se fait calmement tout en progressant. Je m'aide des bâtons et respecte ce que des finishers m'avaient conseillé: marcher dès la première montée. 
  • À la surprise de tous, à mi-montée, un ravitaillement sauvage composé d'eau et de bonbons HARIBO est donné par des Japonais. 
  • Arrivé au somment, la descente commence. C'est l'embouteillage en raison de l'étroitesse des sentiers et de la boue suite à la pluie qui ne cesse de s'intensifier.  J'évite tout dépassement pour ne pas tomber et me blesser. Nous nous arrêtons même dans certains passages, bref un temps de répit. 
  • La montée la plus longue de l'épreuve se déroule dans le noir sur "Les Contamines". Bien que la faisant en-dedans, je grapille des places par centaines. J'applique les principes de la marche nordique, à savoir pousser sur les bâtons bras tendu avec la main ouverte. De cette façon, c'est le haut du corps qui travaille. Les jambes sont alors en mode économie. Attention, cette technique ne dispense pas de consommer de l'énergie. Passé "Les Contamines", la montée se poursuit en direction de la Croix du Bonhomme en passant par "La Balme" où je m'arrête longuement pour essayer de faire sécher mes vêtements autour du feu. J'en profite pour changer le haut du corps pour repartir au sec vu que la pluie à cesser de tomber. Je reprends la montée calmement pour atteindre le col du Bonhomme. 
  • Entre le Col du Bonhomme et la Croix du Bonhomme, dans une partie technique légèrement descendante, j'essaye d'ajuster ma lampe et je trébuche en m'étalant bras en avant. Heureusement que j'avais déclipsé les dragones. Dégâts: 5 doigts touchés, le genou droit écorché, les bâtons écorniflés. Je règle alors ma lampe à une plus grande intensité d'éclairage. Je demande des soins à la "Croix du Bonhomme". Tout se fait à la lampe, les secouristes font de leur mieux pour nettoyer toutes les plaies et m'appliquent des pansements aux doigts. Je repars en faisant gaffe et là je me rends compte que savoir monter c'est bien, mais savoir descendre c'est mieux. 
  • Aux "Chapieux", contrôle obligatoire de 3 éléments du matériel obligatoire. Dans mon cas, cela sera la veste (pour tout le monde et à chaque contrôle), le GSM et la puce sur le sac (éviter que l'on ne transporte le sac à votre place). Je prends 16 minutes pour me ravitailler. 
  • Après le ravitaillement, montée sur le "Col de la Seigne". Toujours en appliquant les principes de la marche nordique et là où c'est possible de dépasser, je remonte des trailers par dizaine sans me fatiguer inutilement. La descente se fera en mode vigilance, tout en souplesse et en levant bien les pieds. Je décide de faire la montée sur "L'arrête du Mont-Favre" en prenant le pas d'un "couple" de trailers Anglais. Le soleil commence à pointer le bout de son nez et nous avons droit à une vue magnifique sur le Mont-Blanc. La descente sur Courmayeur se fait dans le calme en privilégiant la sécurité à la vitesse. J'arrive à Courmayeur à 08h17 pour en repartir 1h30 plus tard!  Je change tous mes vêtements pour repartir au sec. J'applique un Compeed sur une zone sensible, je me masse les jambes avec de l'huile se trouvant dans mon sac d'allègement, je fais le plein d'énergie (soupe, pâtes, salé, sucré, coca, eau, ...). Grâce à un autre belge, j'applique de la crême solaire. Ce point là m'avait échappé. La journée allait être ensolleillée et donc des coups de soleils étaient possibles. Je ne me suis pas rendu compte du temps passé. Bref, je récupère. De trop peut-être ... plus de 100 coureurs sont passés. Soit ils étaient plus organisés ou accompagnés, soit plus pressés. Montée vers Mont Favre Refuge Bonatti vers Arnuva 
  • Après ce long ravito, la montée vers le "Refuge Bertone" se fait dans la calme, je récupère des trailers par dizaine. À propos, je n'ai toujours pas eu mon fameux coup de barre. Je l'appréhende et donc je continue sur le même tempo, à savoir toujours en-dedans car il reste encore pas mal de kilomètres. Le parcours entre le "Refuge Bertone", le "Refuge Bonatti" et "Arnuva" est plus "roulant". En montée, je fais bien travailler le haut du corps, sur le plat, je libère la machine en souplesse, en descente j'essaye de courir relâché tout en restant très concentré. 
  • La montée du "Grand Col Ferret" se passe bien, de même que la descente sur "La Fouly". Les places finales commencent à se figer, je vois de plus en plus les mêmes coureurs (effet yoyo). La montée vers "Champex-Lac" est interminable. Au ravitaillement, j'y reste 1 heure sans m'en rendre compte de nouveau. J'essaye de manger ce qui passe. L'estomac commence à saturer de tous ces aliments sucrés, de cette soupe aux vermicelles que je prends à presque chaque ravitaillement, ... Je repars plus que rassasié mais plusieurs coureurs sont passés, ce qui signifie que la remontée va être difficile car après plus de 123KM, il y a encore quelques bouchons. En fait, dès que cela monte, je rattrape des coureurs mais le passage étant étroit je dois attendre la bonne occasion avant de dépasser. C'est peut-être la raison d'un bon état de forme jusque là vu que je n'ai jamais été dans le rouge, ni dans l'orange d'ailleurs. La Fouly
  • Après la descente vers Trient, l'avant-dernier col est en vue. Tout en restant fidèle à ma technique je remonte des coureurs par dizaine une nouvelle fois, en fait 94 pour être précis. Je me surprends même d'arriver au sommet si vite. Cela doit être l'effet de fatigue, le départ a été donné il y plus de 32 heures. Dans la descente, je perds quelques places mais ne prends aucun risque. 
  • À "Vallorcine", je sens vraiment bien la fatigue. Je prends tout ce qui peut me tenir éveillé. Du café, de la soupe, du coca, du café, des trucs divers et je reste plus de 45 minutes sur place (perte de notion du temps). J'ai fait le plein d'énergie mais en mélangeant un peu trop les aliments. Je débute la montée vers le "Col Montet" dans les pas d'une personne que je suis en mode YoYo depuis un certain temps. Entre le "Col Montet" et la "Tête aux Vents", le passage est très technique et compliqué. À cela s'ajoute le froid, le brouillard et la fatigue. Entre la "Tête aux vents" et la "Flégère", je me dis qu'il est temps de trouver des WC surtout que maintenant le soleil est bien levé et qu'il n'y a pas de place pour se cacher. Trop tard, il faut y aller, gastro sévère, je respecte le règlement et mets le papier WC dans un des sacs hermétiques remis en début de course. Je repars en me disant que ce n'est pas fini. À "Flègère", après le pointage, direction les WC ou je fais le vide complet. Je dépose mon sac hermétique dans la poubelle prévue à cet effet. Je passe au ravito ou je prends 2 bons cocas et ne mange plus rien. 
  • Malgré les jambes douloureuses au niveau des quadriceps, je commence la dernière descente très lentement. Puis j'allonge.  Je vérifie ma montre Garmin que j'avais enclenchée à "Vallorcine" vu qu'elle ne tient pas longtemps. Je parviens encore à faire des calculs pour me convaincre qu'il est possible de descendre en dessous de 40h. Dès qu'il y a un tronçon non technique, je lâche les freins. Les yeux rivés sur le chrono et les kilomètres restants, les douleurs ont disparu. Je fais des calculs sans cesse et cela semble avoir occulté la douleur. Je termine la course à très très bonne allure pour finir en 39h55. Heureux de l'avoir fait mais fatigué ...Arrivée de l'UTMB® en 39h55 

Remerciements:

  • Merci à tous ceux qui m'ont suivi et soutenu pendant la course en SMS,en pensée et en parole.


L'après-course:

  • Évaluation des dégâts. J'ai certes mal aux jambes mais j'ai plus mal aux pieds. J'ai attrapé quelques belles cloches et quelques beaux ongles bleus. 
  • La paire de chaussure non vraiment adaptée à ce genre de terrain à bien morflé, mais elle a tenu bon. J'ai préféré cette paire car elle est souple et avait été testée avec succès sur l'Ardennes Mega Trail.
  • En soirée, aux "Cottages aux Houches", je déguste 2 bonnes Chimay Blanche en tant que boisson de récupération.


Équipements:

  • Veste et pantalon obligatoires Raid Light R-Light 
  • Lampes Petzl NAO avec batterie de rechange et réglée avec le logiciel OSB de Petzl 
  • Chaussure Fuji Attack 3 avec une paire Salomon XT Wings 3 en réserve dans le sac d'allègement 
  • Chaussettes Quechua 
  • Cuissard Poli (1° partie) et Falke (2° partie) 
  • Colland long Poli 
  • Tee-shirt Raid-Light (1° partie) et Poli (2° parte) 
  • Vêtement chaud manche longue Poli 
  • Veste chaude avec capuche Poli 
  • Gants et bonnet Gore-Tex 
  • Gants de cuisine Willeda (pour la partie gant imperméable = solution autorisée la moins chère du marché) 
  • Bâton Leki avec dragone (de type marche nordique) 


Conseils:

  • En fonction de votre condition du moment, de vos résultats de course avec fort dénivelé, et de votre objectif réaliste, il faut bien choisir sa place sur la ligne de départ. Arriver très tôt pour partir dans le premier quart peut être bien si vous ne vous emballez pas. Se mettre top loin vous évitera de partir en surchauffe mais va vous contraindre à freiner. 
  • L'idéal est d'avoir une personne pour vous assister dans les zones de ravitaillement. Le changement de chaussettes est particulièrement difficile surtout que les places pour se changer sont étroites et rares. 
  • Avoir un chronomètre pour l'activer au début de la zone de ravitaillement pour ne pas prendre (ou perdre) trop de temps. Il y a un risque important de dépasser les barrières horaires si vous êtes limite. Mais sans ravitaillement vous risquez l'abandon. À vous de faire le bon choix tout en sachant que plus l'épreuve avance, plus vous êtes fatigué et donc le bon choix ne s'impose plus ... 
  • Bien s'entraîner avec les bâtons. Piquer le bâton à la basse du pied en retrait et pousser avec les bras. La dépense d'énergie sera la même que sans bâton mais vous soulager vos jambes. En descente, déclipser les dragones et s'aider des bâtons pour ralentir et passer des obstacles. 
  • Avoir une bonne technique de descente pour être bien ou mieux classé. 

Hébergement:

  • Mon logement "Le cottage aux Houches" se trouvait en dehors de la ville de Chamonix dans le village "Les Houches". C'est l'endroit idéal pour réaliser des randonnées, préparer l'UTMB® et le faire, faire du ski, ... Depuis la terrasse arrière, nous avons droit à une vue magnifique sur le Dôme du Goûter.
  • La partie bar est assez bien fournie avec une variété de bières belges dont notre bonne Chimay Blanche et Bleue. Stéphanie vous prépare des repas de qualité tous les soirs.
  • Au niveau rapport qualité / prix, il n'y a pas mieux. Le personnel a l'habitude de "travailler" avec des groupes de sportifs et adapte les horaires des repas en fonction de vos impératifs de course.
  • Au niveau transport, vous avez à disposition soit le bus à moins de 5 minutes à pied,soit le train à moins de 10 minutes à pied. Le tout est gratuit grâce à la carte d'hôte, ou alors grâce à votre carte "Pass Ultra-trail" fournie lors de votre participation à l'UTMB.
  • Pour en savoir plus: http://www.asbl-lageode.com/cottage.html
  • J'en profite pour remercier Gérard, Tony et Stéphanie pour leur accueil chaleureux et leur service irréprochable.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×